Oui les orties, ça pique, mais c’est maintenant autorisé

Et il était temps ! Même si ce n’est juste qu’une toute petite victoire pour les militants, et associations écologistes…Je vous explique.

Les orties ça pique, mais pas que

Les orties, comme tout le monde le sait, ca pique. Mais il ne s’agit là que de la face cachée de la lune plante.
L’ortie possède de nombreuses qualités. Outre ses nombreuses vertus thérapeutiques et médicinales pour l’homme (que je détaillerai dans un prochain billet, une nouvelle rubrique phytothérapie verra le jour), l’ortie une plante qui, préparée sous forme de purin, est un puissant répulsif naturel contre les insectes, et autres parasites, et stimule également la croissance de la plante, tout en la renforçant.

Bref, le purin d’orties est une alternative naturelle aux pesticides chimiques.

Petite parenthèse.
Je vous avoue que j’ai un peu de mal à définir le purin d’ortie comme une « alternative » aux engrais et pesticides chimiques. Quand on sait que ce genre de préparations naturelles existent depuis des siècles, bien avant que l’homme s’amuse à jouer à l’écono-chimiste…

De manière générale, le mot « Alternatif » aussi important qu’il puisse être dans la prise de conscience écologique ne me plait qu’à moitié. Puisse qu’en fait, pour la plupart de ces « alternatives » il ne s’agit que de reprendre les méthodes et savoirs de nos arrieres-arrieres-grands-parents.. Je parlerai de tout cela plus longuement dans un prochain billet, où sera également évoqué le principe de décroissance.

Je ferme la parenthèse.

 

Le purin d’orties, puissant répulsif et engrais naturel, mais interdit par la loi

Ses coùts de fabrication, sont bien moins importants, voir même ridicules, comparés aux engrais et pesticides chimiques.
Mais, jusqu’au 28 avril 2011, la loi interdisait son utilisation et sa commercialisation, sous peine de poursuites !

Dans les années 70, on avait pas le droit de dire qu’on cultivait bio, car cela était parait-il, de la concurrence déloyale »
(Solutions locales pour un désordre global – 2010)

Il a fallu un décret du ministère de l’agriculture pour autoriser à nouveau l’utilisation du purin d’ortie par les paysans et jardiniers.

Alors c’est à la fois une bonne nouvelle (ou un simple retour à la logique) mais également une petite satisfaction pour les associations tels que les Amis de la terre, la confédération paysanne, Kokopelli, Aspro PNPP :
Hormis le purin d’ortie, beaucoup d’autres préparations, macérations naturelles interdites ces dernières années pour concurrence déloyale aux multinationales, à base de presle, fougère, consoude, argile… ne sont toujours pas autorisées…affaire à suivre donc.

 

En attendant, je vous propose une petite recette 😉

Recette du purin d’orties

A savoir :

Période d’utilisation : printemps, après la floraison, ou fructification. Le purin étant riche en azote, il favorise le feuillage.

 

  • Fauchez 1 kg d’orties avant qu’ils soient montées en graines puis coupez-les en petits morceaux dans 10 litres d’eau de pluie. On ne peut pas faire plus naturel là. Un petit conseil : mettez des gants, héhé.
  • Pour une utilisation comme répulsif, laissez macérer la préparation 3-4 jours à  une température printanière (18° C). L’utilisation est simple, il vous suffit de filtrer la macération, et de la diluer d’1litre dans 20 litres d’eau de pluie. Pulvérisez ensuite vos plantes.
  • Pour une utilisation comme engrais, laissez macérer 15 jours à 18° C. Isolez-là, l’odeur peut-être nauséabonde, mais aller tout de même la remuer régulièrement.
    Pour utiliser le purin d’ortie, filtrez et diluez-le d’1 litre  dans 10 litres d’eau de pluie. Arrosez ensuite vos plantes tous les quinze jours.
  • Que faire du contenu filtré ? Il part au compost ;-). C’est en effet un accélérateur de décomposition.
  • Vous pouvez conserver le purin d’ortie pendant plus d’un an à condition de le mettre au frais (cave), et dans un conteneur hermétique.

A propos de

Fondateur du blog Bio Santé Beauté, Jean est un passionné de tout ce qui touche au bio pour la santé, à l'écologie et au développement des nouvelles énergies. Un de ses projets : avoir un grand terrain, et cultiver bio avec des semences de chez Kokopelli ;-)

3 réflexions au sujet de « Oui les orties, ça pique, mais c’est maintenant autorisé »

  1. Olivier

    Très bon article également !

    j’ai aussi lu récemment que beaucoup de plantes médicinales vont être/sont interdites à la vente et à la production car ça fait de l’ombre au marché pharmaceutique qui est pourtant déjà surpuissant.

    Ne l’oublions pas, nos ancêtres ne se soignaient QUE avec des plantes, et avaient pourtant moins de maux que nous !

    Les gens devraient se réveiller au lieu de suivre comme de vulgaires moutons, mais cela reste difficile sur un marché qui vaut plusieurs milliards…
    Olivier Articles récents…Le Secret des Amandes…My Profile

    Répondre
    1. Jean_bio Auteur de l’article

      Entièrement d’accord avec toi Olivier (et merci 😉 ), d’ailleurs il a été prouvé, que pour la première fois dans l’espèce humaine, la prochaine génération d’individus aura une moins bonne santé que la précédente. (voir un prochain extrait de « Nos enfants nous accuseront » que je vais mettre en ligne). Mais je reste optimiste malgré tout 🙂

      Répondre
  2. Makos@Medecine Chinoise

    Salut,
    Il est vrai que les orties sont une vraie bénédiction pour les jardiniers mais sous forme d’engrais, cela reste plutôt destiné à la phase de croissance des plantes.
    Connaitriez-vous un équivalent naturel et que l’on peut « faire-maison » pour un engrais plus adapté à la floraison ?
    J’arrive à auto-produire pas mal de choses dans le cycle (hormone de bouturage, lombricomposte, purin d’orties, fumier de poules,…) mais je n’ai encore rien trouvé d’efficace pour faire un engrais floraison 🙁
    Merci d’avance.
    Makos@Medecine Chinoise Articles récents…La Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC)My Profile

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge